C’est une question à $100.00 non, plutôt $1000.00 maintenant. Il y a plusieurs éléments de réponses à cette question et je ne crois pas pouvoir tous les couvrir mais commençons par en présenter quelques-uns.Comment se fait-il qu’il y ait des gens qui n’ont jamais de difficulté pour trouver un partenaire tandis que d’autres ont toutes les misères du monde?
J’entend déjà la réplique: oui mais je ne veux pas choisir n’importe qui…
Et bien quand on ne trouve jamais, il faut peut-être réévaluer nos exigeances. Pourquoi être si exigeant? Parce qu’il y a des gens qui ont des problèmes ou parce que vous, vous avez des problèmes et avez de la difficulté à vous adapter aux autres? Bien oui, sûrement que vous avez vécu certains échecs. Le danger, c’est d’en ressortir déprimé, sur la défensive ou encore coupable. Tous ces sentiments nous amènent à être méfiant, à se dévaloriser et nous donnent ainsi une image négative qui peut se perpétuer sur plusieurs années. Dans ce cas, il faut faire le ménage, comprendre ce qui s’est réellement passé, identifier notre responsabilité et celle de l’autre, comprendre pourquoi nous avons choisi un tel partenaire et quelle était la nature des problèmes rencontrés.

Si l’on veut établir une relation de couple, il faut se rendre intéressant pour quelqu’un d’autre et pour ce faire, il faut se trouver intéressant soi-même. Dans le cas contraire, il faut savoir que nous avons un problème et tenter d’y trouver une solution, i.e. s’efforcer de rétablir l’équilibre et arriver à s’aimer soi-même. La dynamique conjugale que vous aller créer en dépendra.

Souvent les gens qui ont de la difficulté à s’aimer, ont tendance à idéaliser la relation qui les rendra heureux(se). Et dans cette idéalisation; il  y a une personne quelque part dans le monde qui est là juste pour moi et cette personne devrait m’apparaître à un moment innatendu quelque soit ce que je fais. Cette idéalisation amène plusieurs individus à demeurer passif dans la recherche d’un partenaire, ce qui diminue de beaucoup la probabilité qu’ils trouvent quelqu’un qui leur convienne. Faut-il mettre des petites annonces? il faut se mettre en mouvement et se donner des chances de rencontrer de nouvelles personnes tout en se montrant disponible en exprimant son désir de vivre une relation harmonieuse par des gestes, par des paroles, par des actions et surmonter ses peurs.

Nous avons tendance à compenser nos manques, nos carences en recherchant un partenaire qui comblera ces lacunes. Notre complément qui fera de nous deux, une personne épanouïe. Oui, sur le plan psychologique l’attirance se fait de façon complémentaire, quelqu’un de timide avec quelqu’un d’extravageant, quelqu’un qui écoute avec quelqu’un qui prend le plancher, quelqu’un de sécurisant avec quelqu’un de fragile. Un homme avec une femme, chez les gaies et lesbiennes c’est la même chose. La victime trouve toujours sont bourreau. La difficulté, à ce niveau, est d’être trop différent et de blâmer l’autre dans sa différence. Quand le blâme s’installe la violence n’est pas loin derrière et l’expérience de couple devient alors destructrice. On peut comprendre que certaines personnes deviennent très méfiantes et un peu défaitistes après de telles expériences. Les traumatismes sont quelquefois long à guérir.

Il faut se demander aussi si l’on préfère demeurer seul(e). Il y a des gens qui préfèrent la solitude  aux difficultés d’adaptation à une relation conjugale. Si c’est le cas, il faut assumer ses choix et ainsi ne pas se faire souffrir de ne pas être en couple. Seul, ne veut pas dire solitude. Il y a d’autres formes de relations enrichissantes.

André Surprenant, Ph.D.
Psychologue