La dépigmentation des femmes : Peaux dénaturées, beauté tronquée

  • Mis à jour :
  • Catégorie : Sociétés

depigmentationC’est la mode. C’est connu de tous. Les femmes utilisent des produits cosmétiques pour avoir un teint plus clair. Appelée dépigmentation, la pratique se fait à base d’un produit ou de  mélange de plusieurs types de produit. On ne sait souvent trop pourquoi, les femmes décident de se lancer dans une course insensée pour avoir une peau claire. Celles qui sont déjà claires, veulent le devenir d’avantage. Alors celles qui sont noirs, dans certains cas se brulent carrément la peau par un usage démesuré de produits cosmétiques. « En plus de leurs effets néfastes sur la peau qu’ils détruisent à jamais, l’usage détourné de certains produits cosmétiques provoque une odeur nauséabonde de la peau », nous a indiqué Abdou Coulibaly, très hostile à la pratique de la dépigmentation.

« La dépigmentation a pour conséquence des vergetures, des teints multi couleurs avec une odeur nauséabonde », nous a indiqué Fatoumata Koné, une ancienne pratiquante de la dépigmentation, qui estimé qu’elle n’a plus jamais retrouvée la belle couleur de sa peau noire. « Je me suis jamais expliqué cette propension des femmes à devenir à tout prix claires.

Elles oublient que le teint noir ébène met en exergue la beauté de la femme africaine. La preuve, la plupart des africains ne jurent que par les filles à la beauté naturelle, et cela contamine aujourd’hui l’humanité toute entière », nous a indiqué Gaoussou Traoré, un ancien travailleur dans un salon de beauté de la place. Avant d’ajouter que « les futures ‘’tchatcho’’ doivent comprendre que le teint naturelle, une fois perdu ne reviendra plus, malgré les multiples recettes », a-t-il conseillé.

Docteur Danioko Mamadou, un médecin généraliste rapporte que la dépigmentation détruit la Mélanine qui protège la peau contre l’agression des rayons solaires. Selon lui, cela rend la peau fragile et provoque de  nombreuses infections sur elle. Il pense que c’est l’ignorance qui poussent de nombreuses femmes et de plus en plus certains hommes, à s’adonner à cette  pratique. « A cela il faut ajouter la pression de certains hommes qui poussent les femmes noires à la dépigmentation », a-t-il conclu.

Mlle Niambélé Mariam, une jeune fille affirme que c’est son partenaire qui l’a poussé à se dépigmenter. « C’est lui-même qui m’achetait des produits éclaircissant. Il avait beaucoup d’estime pour les femmes qui sont de teint clair. Pour lui la femme au teint noir n’est pas présentable. C’est la raison pour laquelle, je me suis adonné à cœur joie à cette pratique pour faire plaisir à mon homme que j’aimais, même si ce n’était pas du tout mon goût », a-t-elle expliqué avec beaucoup de regret. Contrairement à ces hommes, il y  a  des hommes qui n’aiment pas du tout les femmes qui prennent le soin de se dépigmenter. Konaré Sékouba, un étudiant, est très remonté contre  les femmes et jeunes filles qui s’adonnent à la pratique.  « Je  déteste les femmes qui se dépigmentent. Pour moi, se dépigmenter suppose qu’on n’est pas fier de sa peau, de son identité et de sa race. Il est important de rester soi même en cette période de mondialisation.  A mon avis les médecins doivent faire un maximum de sensibilisation par rapport aux dangers qu’il y a dans l’utilisation de ces produits cosmétiques », a-t-il indiqué. Avant de conseiller à ses sœurs de se ressaisir, car selon lui la beauté n’est pas seulement l’apanage des femmes claires. Fatoumata Touré, une vendeuse de produits cosmétiques, nous a révélé que « la dépigmentation est interdite dans la religion musulmane ». Pour cela, elle dira que bien qu’elle soit vendeuse de produits, qu’il ne lui a jamais effleuré l’esprit d’en utiliser sur sa peau. « Je vends ces produits pour subvenir à mes besoins », a-t-elle précisé. Avant d’ajouter que son mari ne sera jamais de son avis dans l’usage des produits pour dépigmenter sa peau. « Les femmes doivent être elles-mêmes avant d’être une autre personne », a-t-elle conclu sans nous dire si l’absence des « Tchatcho » ne va la contraindre à fermer boutique.

Awa Ouattara, stagiaire
 
SOURCE: Le Républicain du Mali

Log In or Register

User Registration
or Annuler